Une croisière aux baleines sur le St-Laurent

Croisière aux baleines

Quand j’étais petite, je rêvais d’être biologiste marine. Pas pour faire avancer la science (ouache, des dissections!), mais pour pouvoir voir des baleines tout le temps. J’étais obsédée par les cétacés, passion qui était née lorsque mes parents ont acheté un chalet à St-Simon-sur-Mer, dans le Bas St-Laurent. On y passait 2 mois et demi l’été, et j’avais alors tout ce temps pour m’adonner à ma passion: l’observation des baleines. Notre chalet, parfaitement situé en face de l’estuaire du St-Laurent, était le terrain idéal pour planter ma lunette ou mes jumelles et scruter l’horizon. L’exercice était fructueux en soi, mais j’aimais par-dessus tout qu’à chaque été on fasse une croisière aux baleines, où je pouvais les voir d’encore plus proche, directement dans leur habitat. À chaque été, donc, on embarquait sur le navire de Croisières AML et pendant les 3 heures + que durait la croisière, je me prenais pour une vraie de vraie biologiste en mission d’observation.

croisiere aux baleines

L’été dernier, même si on n’avait que peu de temps dans la région, je voulais à tout prix refaire cette croisière avec Simon, lui qui n’avait jamais eu la chance de voir des baleines (et après notre tentative ratée à Maui quelques mois auparavant). Terriblement excités, la croisière était le highlight de notre court itinéraire, et le lendemain ne pouvait arriver assez rapidement.

Mais en se réveillant au petit matin à l’Auberge de la Pointe, on n’entendait pas que les vagues sur la grève… on entendait aussi une pluie torrentielle, diluvienne, du genre qui dévale les rues et trempe les imperméables les plus robustes. Déconfits, un café sans goût à la main, on a attendu patiemment l’heure du départ, assis dans la voiture en face du bureau d’AML. Résignés, enveloppés comme des sacs plastique, on s’est dirigés vers le bateau où un groupe de chinois avaient pris d’assaut toutes les places à l’intérieur. Peu m’importait : ma fibre de wanna-be biologiste avait refait surface et c’est avec détermination que j’ai entraîné Simon vers le pont, où à chaque deux minutes un des matelots nous faisait lever les pieds pour pousser un énorme squeegee d’eau de mer vers les écoutilles. La visibilité n’était même pas nulle; le mot visibilité avait juste été rayé du vocabulaire ce matin-là.

croisiere aux baleines

croisiere aux baleines

Le froid humide perçait à travers nos épaisseurs et alors que Simon commençait à reluquer la situation enviable des chinois, je lui ai serré le bras. À bâbord, on commençait à distinguer l’horizon, et par-derrière nous, le ciel s’était complètement découvert. Par le temps qu’on ait dézippé nos multiples couches, la mer était d’encre et le soleil pointait, presqu’aussi lumineux que nos sourires.

croisiere aux baleines

On n’aura pas vu autant de baleines que lors de mes expériences antérieures (des petites têtes de bélugas au loin, quelques petits rorquals et deux rorquals communs bien visibles à tribord), et j’ai trouvé qu’on avait navigué pendant bien plus longtemps que le trajet auquel je m’étais habituée, mais d’avoir pu partager cette expérience avec Simon et de le voir s’extasier devant la grandeur et la majesté des baleines vues ce jour-là m’a convaincue que ma job de biologiste était faite : j’avais réussi à donner la piqûre à quelqu’un d’autre.

croisiere aux baleines

croisiere aux baleines

croisiere aux baleines

croisiere aux baleines

croisiere aux baleines

Et vous, avez-vous déjà observé les baleines lors d’une croisière sur le fleuve St-Laurent? Souhaiteriez-vous vivre cette expérience? Je vous le recommande fortement!

 

***

Nous avons été les invités de Croisières AML et de Tourisme Bas St-Laurent pour cette croisière aux baleines, merci infiniment! Toutes les opinions exprimées sont les miennes.

Be first to comment